AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Commencement [Tout le monde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar





Messages : 32
Date d'inscription : 03/02/2012

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Mar 7 Fév - 15:47

    Tadisadouboumboumpidididdadoutzimtchakitchaki tchac! Je tapais sur le dossier en face du moins en rythme, m'ennuyant à mourir. "S'il vous plait, veuillez garder vos portables éteints durant le vol, merci." qu'elles avaient dit. Quoi? QUOI! Mais est-ce que je te demande d'éteindre ta vie? Hein! Décidément, j'adorais voyager, mais je haïssais la durée du trajet. Si ennuyeuuux. Sérieusement, qu'est-ce qu'on pouvait y faire? Les films était soit nuls, soit déjà-vu, je n'arrivais même pas à penser à ma thèse correctement et j'avais été obligé de mettre mon portable dans un coma prolongé. La seule chose un minimum intéressante était de discuter avec les autres passagers, j'avais d'ailleurs sympathisé avec une jeune femme qui prenait le même vol, dans l'aéroport, mais à présent j'ignorais où elle était assise à présent. Quant à mon voisin, j'avais bien essayé de lui parler, mais après qu'il se soit mis à débiter tout un flot de parole incompréhensible dans un dialecte inconnu, j'avais reporté mon attention sur mon accoudoir. C'est beau un accoudoir. Hop, rangé, sorti, rangé, sorti. Passionnant. Pour le peu de vacances que j'avais, je ne pouvais pas me permettre de m'ennuyer. Dire que dans quelques jours à peine, je retournais à Harvard trav...


    Quelqu'un m'étranglait! J'ouvrais grand mes yeux, mais ne voyait rien. j'étais aveugle! Mes bras et mes jambes battaient l'air, cherchant désespérément une prise pour échapper à mon agresseur. J'hurlais, mais le son ne sortait pas de ma gorge. Quelqu'un pour m'aider, on essaie de me tuer là! Pourquoi je n'arrivais pas à toucher mon assassin! De l'air putain, j'avais besoin d'air! Mon royaume pour un peu de dioxygène!

    Je reprenais conscience brutalement. Le soleil me brulait la peau. Je tentais de déglutir, mais ma gorge était trop sèche. Soir, mais que j'avais soif! C'était comme si je venais de boire plusieurs litres d'eau de mer d'un coup. Ça aurait pu me toucher si seulement j'avais pu respirer correctement. Mon asthme refaisait des siennes. Et merde, où était ce foutu inhalateur quand j'en avais besoin! N'importe qui qui m'aurait entendu à ce moment-là ne m'aurais jamais reconnu, je n'avais jamais eu pour habitude d'être aussi vulgaire, mais bordel, j'étais en train de crever! J'essayais en vain de me lever, mais ma tête tournait trop. Mon sac, où était-il? Je tremblais de tous mes membres, à quatre pattes sur le sable, regardant les alentours. Il ne pouvait pas être loin, je le tenais en main quand... quand... quand quoi déjà? Tant pis, j'essaierais de comprendre plus tard. Là-bas! Ça ressemblait à mon sac non? Ma respiration était devenue sifflante. Oui! C'était ça! Je ne pris aucune subtilité, me jetant littéralement sur lui, déversant son contenu sur le sable. Portable comateux, maquillage, porte feuille... Tant de choses dont je prenais si soin d'habitude que je jetais sur le côté sans aucune gêne. Inhalateur! HALLELUJAH! DIEU EXISTE! J'appuyais vite dessus.

    1...2...3...4...5...6...7...8...9...10... Inspirer. J'attendis encore un peu que ma respiration se calme. C'est bon, le pire était derrière moi... Quoique... Après une brève analyse de la situation, peut-être pas.

    Un cri retentit. Proche, beaucoup trop proche. Je tournais vite la tête pour voir sa source. Un homme dont la jambe était écrasée sous une poutrelle. Je me levais pour lui porter en aide par réflexe, avant de m'arrêter brusquement. Tu fais quoi là, Dess? Tu viens d'échapper à la plus grosse crise d'asthme que t'as jamais vécu et ton premier réflexe, c'est d'aller aider quelqu'un d'autre. Je faisais taire cette voix intérieure. Bientôt, elle arriverait à me faire culpabiliser de penser à quelqu'un d'autre qu'à moi celle-là! Je ne pouvais pas rester là à me dorer la rondelle quand quelqu'un hurlait juste à côté de moi. Je me précipitais vers lui.

    « Est-ce que ça va? » me retenais-je de justesse de dire. Stupide question, évidement qu'il allait bien, franchement, quel événement pourrait donc assombrir cette belle journée?

    Je m'agenouillais près de l'homme qui avait donc hurlé. Je repérai bien vite le problème.

    ▬ « Accroche-toi, je vais t'aider. »

    Enfin essayer... ajoutais-je pour moi la seconde d'après. Enfin, mieux valait de rassurer le blessé paraissait-il... Non? C'est pas comme si j'étais vraiment au courant de ce genre de choses, j'étais Docteur, mais pas de ce genre. Je regardais la poutrelle qui entravait sa jambe. Bon, je n'avais jamais été très épaisse, mais en tant qu'ancienne pom pom girl, j'avais bien su me muscler. Certes, le sport et moi, ça n'avait jamais été le grand amour, mais je m'en pensais capable. De toute façon, après avoir dit ça, je me voyais mal m'en aller comme ça. Je me déplaçais vers la source du problème et plaçait mes deux bras sous l'objet, pour tenter de le soulever un peu. Finalement, c'était moins lourd que je ne le pensais, je me décalais de l'inconnu peu à peu, poutrelle toujours dans les bras et lâchais cette dernière une fois que je m'estimais assez loin. Je passais la main dans mes cheveux blonds, soupirant.

    ▬ « Bon, ça c'est fait! »

    Je regardais l'homme que je venais d'aider. Ma mission de sauvetage n'était pas encore fini. De nouveau, je m'agenouillais à côté de lui.

    ▬ « Tu ne m'en veux pas si je ne te demande pas comment tu vas? Je me doute un peu de la réponse. Je peux voir ta jambe? Ca a pas l'air très joli comme ça. »

    J'allais enchainer, avant de me souvenir que l'on était sur un vol international et que l'homme en face ne parler peut-être pas ma langue. J'avais bêtement discuté en anglais et peut-être qu'il n'avait rien compris à ce que je venais de sortir.

    ▬ « ... Parler Anglais? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 21
Date d'inscription : 01/02/2012
Localisation : Dans... ton...île a la noix.

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Mar 7 Fév - 20:12

Je connaissais ça. Cette sensation. Cette douce quiétude qui t'emporte lorsque tu perds conscience. C'était dans cette tranquilité morbide que je m'étais trouvé au départ. Après le grand noir, le cataclysme, armageddon, je ne savais pas encore. Je n'étais pas complètement inconscient, j'arrivais encore a penser, mais j'étais ... déconnecté. Aucun ordre ne voulait se transmettre de mon cerveau a mon corps, j'étais lent, un peu comme si j'étais sous Windows. (BLAGUE DE GEEK DEDICASSE A DESTINY WESH ! ) Seulement, cette quiétude commençait a partir, mes doigts bougeaient dans... du sable ? Mes yeux s'ouvraient sur... le soleil ? Et ma gorge s'ouvraient sur... de l'eau de mer. Du sable dans les yeux, de l'eau et du sang dans la gorge, j'étais vivant mais si je n'arrivais pas a recracher tout ce qui encombrait ma gorge, ça ne serait plus aussi vrai d'ici quelques minutes. Je me penchais sur le côté, bougeant seulement le buste, écrasant mon bras de mon poids et vomit un torrent d'eau mêlée de sang, mon sang. C'est alors que je sentis, que je sentis ce que je savais être la fin de mon être, la fin, tant de douleur devait se terminer par mon décès, je ne voyais rien d'autre

Un regard vers la source de ma douleur me fit comprendre, que j'étais perdu, au deux sens du terme. Je me mis a hurler, hurler comme jamais, écorchant ma gorge déjà amochée. Les larmes montèrent a mes yeux et je les laissaient couler, en proie a cette insidieuse impression qu'est le désespoir. J'avais déjà vécu une douleur pareille, mais elle avait été très brève, percuté par une voiture et j'avais directement perdu conscience. La, rien, je ne sentais rien m'emmener, ni l'inconscience ni la mort. Je tentais de bouger la jambe et la douleur me donna la nausée, préférant ne plus bouger du tout. J'entendis vaguement une voix, incapable de comprendre telllement mon cerveau bourdonnait. J'osais rouvrir les yeux et voyant une jeune fille, je me demandais si j'étais déjà mort, si les anges avaient déjà eu pitié de moi... Je la vis prendre la poutrelle qui écrasait ma jambe a tour de bras et la décaler , centimètres par centimètres, la douleur devenait légèrement plus soutenable au fur et a mesure que la poutrelle bougeait. Lorsqu'elle laissa tomber la source de mes souffrances, je me sentis pris d'un élan de gratitude. Elle me demanda si elle pouvait voir ma jambe, incapable encore de faire autre chose que sangloter je hochais la tête, serrant les dents et regardant ma jambe...

Elle était clairement cassée, mais rien de trop grave a première vue. Le tibia était brisé, forcément et un bout de l'os sortait de ma jambe, mais une bonne attelle devrait pouvoir réparer ça... Maintenant que la douleur était a peu près supportable, je me sentais plus lucide, plus attentif. Je remarquais alors la végétation autour de moi, le bruit de la mer parvenait a mes oreilles et l'odeur du sel perçait mes narines. On devait être sur une île, dieu sait la quelle. La jeune fille qui s'occupait de moi était plutôt jolie, même très jolie et je ne pus m'empêcher de lui sourire lorsqu'elle me demanda si je parlais anglais. Elle ne m'avait sûrement pas reconnu au premier abord et je m'en fichais.

Effectivement, je parle anglais !

Je reprenais peu a peu le contrôle de moi même et je me mis a arracher ma manche de chemise. Oui, ça peut paraître un peu paradoxal, mais je vous jure que c'est logique. Je pris deux barres de métal qui gisaient a côté de moi. Je tendis les deux barres a la jeune femme en face de moi ainsi que la manche que j'avais arrachée. Je parlais vite, horrifié de ce que j'allais lui demander.

S'il vous plaît, il faut que vous replaciez l'os dans l'alignement, je vous demande beaucoup je sais... Mais est ce que vous pourriez faire ça ? Ainsi qu'une atelle provisoire ? Ne faites surtout pas attention a ma réaction si vous le faite...

La pauvre... Je lui demandais de me soigner alors qu'on se connaissait a peine. J'ai du recevoir un sacré choc sur la tronche pour être sans gêne comme ça !

D'ailleurs... Je m'appelle Adam.

Voila maman, j'ai bien respecté les bonnes manières alors que j'ai la jambe brisée, tu peux être fière de moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 32
Date d'inscription : 03/02/2012

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Mer 8 Fév - 17:42

    « Tu veux vraiment prendre des vacances si près du but? Ça ne peut pas attendre quelques mois? Bientôt, tu auras ton doctorat et tu feras les voyages que tu veux. » « Tu ne comprends pas, j'ai BESOIN de ces vacances. Travailler je n'ai fait que ça de ma vie, j'ai besoin d'une pause, juste quelques jours à l'étranger, ça ne va pas me ruiner mes études non plus! »
    Hahaha. Et pourtant. Il suffisait d'un regard aux alentours pour comprendre que mon doctorat, je n'étais pas prête de le passer. Quand je pense qu'il y a encore trop peu de temps, je me plaignais de m'ennuyer! Dans l'instant, j'étais prête à m'ennuyer des jours durant, si ça me permettait de rentrer à Cambridge. Je pensais à toutes mes affaires de cours, soigneusement mise dans ma valise et ne put m'empêcher de gémir. Oh non, avec ma chance, c'était déjà éparpillé dans l'océan. Comment j'allais faire sans....
    Il y avait des fois où je me trouvais vraiment con. Je venais de survivre à un crash d'avion, perdue sur une île déserte et je me plaignais à propos de mes cours! Si la journée continuait ainsi, ça allait être le moindre de mes soucis. Je devrais plutôt m'estimer chanceuse de n'avoir rien eu à part une bonne crise d'asthme. Au moins, je n'avais pas la jambe à moitié broyée sous une poutrelle comme l'homme dont je m'occupais. Un bref regard vers sa blessure me donna la nausée. J'avais dit que ça risquait de ne pas être joli, mais j'étais bien loin de la vérité, c'est affreux! L'os sortait de la jambe. Je serais sous doute parti vomir si je n'avais pas déjà vu un spectacle similaire quand j'étais plus jeune.

    « Eh Dess, je parie que je saute de plus haut que toi! » « Ça m'étonnerai! »
    Ce n'était rien d'autre qu'un concours stupide de gamin, on grimpait sur des murets et on sautait. Les murets devenaient de plus en plus hauts, mais on continuait. Au bout d'un moment, je m'étais mal rattrapé et j'avais cru m'être cassé la cheville. J'avais décidé de stopper le jeu, mais il n'avait pas voulu m'entendre. Il était monté plus haut encore, il disait que je simulais pour ne pas admettre qu'il me gagnerait. Il frimait, du haut du mur quand...
    « NON! »
    C'était moi qui avait crié, parce qu'il était tombé. Il avait eu le réflexe de tendre le bras avant d'atteindre le sol. J'avais huit ans, l'image de l'os sortant de la chair était resté gravé à jamais dans ma tête. Tout ce que j'avais pu manger avant était sorti aussi sec de mon système digestif. Je ne lui avais plus reparlé depuis ce jour (le garçon, pas mon système digestif).


    ▬ « Effectivement, je parle anglais ! »

    Sa voix me sortit de mes souvenirs glauques. Je lui souris distraitement.

    ▬ « Cool! »

    Certes, j'aurais pu y mettre un peu plus de conviction mais j'avais du mal à penser sur autre chose que sa jambe depuis que je l'avais vu. A moins qu'il se mette à accoucher d'un Alien dans la seconde, ce serait bien dur de me reporter mon attention ailleurs. Remarque, une invasion d'extraterrestre de plus ou de moins, au point où on en était, ça serait presque banal.
    Il se mit à arracher sa manche de chemise. Mais qu'est-ce que...? C'était peut-être un peu tôt pour enlever nos vêtements, non? Il attrapa également deux barres deux fers sur le côté. Je commençais à comprendre où est-ce qu'il voulait en venir et ça ne me plaisait pas, mais alors pas du tout.


    ▬ « S'il vous plaît, il faut que vous replaciez l'os dans l'alignement, je vous demande beaucoup je sais... Mais est ce que vous pourriez faire ça ? Ainsi qu'une attelle provisoire ? Ne faites surtout pas attention a ma réaction si vous le faite...
    Bien sur, je fais ça tous mes samedis après-midi! »

    Fis-je remarquer un peu brusquement. Sa demande m'avait braqué, mais je m'en voulus dans la seconde d'après. Il était blessé, il avait besoin d'aide et moi je me permettais de lui répondre des trucs pareils. Je me passais de nouveau la main dans mes cheveux, nerveusement, avant de me mordre les lèvres à cause de la culpabilité. Je me radoucis un peu et lui pris l'attelle provisoire.

    ▬ « Je vais le faire. Désolé d'avance, ça risque de picoter un peu. »

    Je me décalais de nouveau vers sa jambe. Maintenant que je la voyais de près, je pouvais assurer que c'était absolument... moche à voir. Je m'apprêtais à toucher sa blessure quand il m'adressa de nouveau la parole. Je tournais le regard vers lui. A présent que j'étais plus posée, je l'observais vraiment. Il n'avait pas l'air en forme et la formule crash d'avion ne le mettait pas vraiment en valeur mais... il était pas mal. Pas mal du tout. Je me surpris à lui sourire, sans raison, avant que la réalité ne me rattrape de nouveau.

    ▬ « Enchantée Adam. Attention, c'est parti! »

    Je posai mes deux mains sur sa jambe, prête à faire ce qu'il m'avait demandé. Les yeux fixant la blessure, concentré, je pris une grande inspiration. Allez, à trois... Un... Deux... Trois !
    Quand je pensais que médecine était mon deuxième choix d'orientation. Si j'avais su, j'aurais pris ça, des compétences médicales étaient bien plus utile qu'un presque doctorat en littérature ici. Heureusement que j'avais quand même acquis un certain nombre de connaissance dans ce domaine avant d'embrasser pleinement mes livres. Ça me permettait d'aider Adam sans pour autant faire n'importe quoi. Même si je me doutais bien qu'une fois cela fait, il nous faudrait marcher vers les autres pour trouver un vrai médecin.
    Cela fait, je pris l'attelle de fortune que j'avais posé sur le côté et la plaça sur sa jambe. Je ne venais toujours pas de croire ce que je venais de faire. Dans la même journée, je vais ans un avion qui se crash, je survis, je fais une crise d'asthme, je sauve un inconnu de l'amputation et je lui remet l'os en place. Waouh, ça c'est une journée constructive! Faut penser à refaire ça plus souvent dis donc! Ouais.. ou pas.
    Je me levais et secouais ma robe pleine de sable. Bon choix pour cette journée, une robe. Elle était fichue et j'avais probablement perdu mes affaires de rechange. Ça promettait. Je regardais... Adam, puisque cela semblait être son nom et lui tendais la main pour l'aider à se relever. En le regardant, je ne pus m'empêcher de le détailler de nouveau. Plus je le voyais, plus je le trouvais beau... Je fermais les yeux. C'était un peu tout sauf le moment de flirter Dess!

    ▬ « Tu... On s'est pas déjà croisé quelque part? J'ai l'impression de t'avoir déjà vu avant... »

    J'en étais même quasiment sûre à présent. La question était où? Je tentais de creuser ma mémoire. Lieu où j'allais souvent : Harvard, bibliothèque, café... Non. Quand soudain, j'eus comme un flash.

    ▬ « Ah mais si! Tu chantes dans un groupe non? Brown 5... Non, Maroon 6... Ahem, quelque chose comme ça. »

    Premier contact avec un chanteur célèbre : ne pas le reconnaître. Deuxième : Ne pas savoir ce qu'il fait. Troisième : Ne pas se souvenir du nom de son groupe. Source : Comment se faire haïr par une Rock Star, écrit par Destiny Hope Threadgoode, en vente dans toutes les librairies du coin!

    ▬ « Au fait, moi c'est Destiny. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 36
Date d'inscription : 12/01/2012

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Mer 8 Fév - 21:00

    Un… Deux…Trois…
    Je tournai la tête un grand coup sur le côté en fermant les yeux pour ne pas apercevoir le bout de verre ressortir de l’épaule du pauvre homme. Mes mains solidement appuyées contre lui, je le retenais fermement de faire le moindre geste brusque malgré l’intense douleur qui devait être la sienne. Il y avait pire que ça… Il y avait pire que lui… Je me répétais cette phrase en boucle, encore et encore. Peut-être qu’il y avait des gens avec 15 bouts de verres à extraire de leur corps, d’autres des bouts de métal, et d’autres… d’autres qui n’étaient plus à sauver… Et… et peut-être que mon frère était dans ce cas là… Qu’il était… Non. Je secouais la tête, prise d’un frisson incontrôlable, je replongeais mon attention sur le docteur, si tant est qu’il en fut un, qui était déjà en train de recoudre son patient. Un grain de sable s’était surement coincé là-dedans, peut-être quelque chose d’autre qui causera une nouvelle infection… Ce n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler un milieu stérile alors… Mais dans le doute, je préférais toujours me taire que de passer pour une idiote. Et surtout, je ne voulais pas briser sa concentration avec mes bêtises. Pourtant j’en avais des questions, ô que oui. Des millions. Ou encore même plus…

    J’étais tellement perdue dans mes pensées et dans la contemplation hébétée de ce qui se trouvait devant moi que je sursautai un grand coup en sentant soudain un contact sur mon front. Me remettant de ma frayeur, j’aperçus le docteur qui s’était déplacé vers moi pour voir ma plaie au front de plus près. Ce n’était pas tant qu’il m’avait fait mal en la touchant d’un peu trop près… C’était juste que je ne m’y étais pas attendue.


    -Vous n'avez pas la tête qui tourne ou quoi que ce soit d'autre?


    Après un long moment sans rien dire je hochai la tête pour dire « non ». Je ne voulais pas qu’on s’inquiète pour moi, je n’avais rien, rien du tout. Du moins rien comparé à tous les autres qui attendaient des soins d’un et peut-être du seul médecin sur cette fichue plage. J’allais.. parfaitement bien. Ou presque…

    -Je… Un peu de vertiges quand je me lève ou je me baisse mais… ça va passer… C’est rien…

    Bien entendu, mes compétences médicales se limitaient à savoir doser mes besoins en aspirine et à choisir la bonne boite de médicaments en cas de besoin mais… Ce n’était que des vertiges… Suivant le mouvement du docteur, je me relevais lentement, me soutenant un peu à lui pour m’éviter de tomber une fois arrivée en haut. Les autres… aider… tout de suite… Mes yeux ne quittaient pas l’homme qui était resté au sol. Quand on pensait qu’il était peut-être l’un des chanceux dans toute cette histoire… Il m’invita silencieusement à prendre sa main et, un peu hésitante à cause de la petite blessure que je m’y étais faite à peine quelques minutes avant, je finis par la lui prendre. Un contact humain dans un moment pareil, ça m’avait l’air tellement bizarre… Dans un réflexe que j’avais depuis toute petite, je me mis à caresser frénétiquement son pouce du mien pour me rassurer. J’avais souvent fait cela avec mon frère, quand j’avais peur des grands méchants monstres durant la nuit et que je venais squatter sa chambre pour plus ample protection. Mon frère… Rien qu’à cette pensée, je commençais à marcher un peu plus vite.

    -Au fait, quel est votre nom?

    -Aurora. Répondis-je directement sans me poser de question, continuant à presser le pas. Et le vôtre ?

    Je me voyais mal en cas de besoin l’appeler « Hé toi là-bas ! ». Sans m’arrêter de marcher, limite de courir, je le regardais de bas en haut.

    -Vous êtes sûr que vous n’avez rien ? Je.. Je crois que j’ai entendu dire qu’en état de choc, on ne prenait plus la douleur en compte alors que peut-être…

    Peut-être qu’il était blessé lui aussi et qu’il ne le savait même pas. Une histoire de… d’adrénaline je crois… Et mi alors ? Peut-être que j’étais blessée aussi… Arrivés devant l’endroit où se concentrait la majorité des blessées et de quelques bouts de l’avion, je regardais de tous côtés. Je m’étais réveillée là… Au milieu de tous ces gens. Je jetai un coup d’œil en coin à mon compagnon d’infortune.

    -J’espère que vous avez plusieurs bobines de fil pour recoudre tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 63
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Sam 11 Fév - 12:27

Trouver d’autres survivants avait quelque chose de miraculeux dans la situation actuelle. Malheureusement, ils restaient encore bien peu nombreux comparer à la quantité qu’ils avaient été dans cet avion.

Heureusement, personne dans leur petit groupe ne semblait sévèrement blessé. Ils pourraient tous survivre jusqu’à l’arrivée des secours. Car les secours allaient arrivés n’est-ce pas ? Peut-être pas aujourd’hui même mais au plus tard demain. Du moins, c’était ce que Noah voulait croire au plus profond de lui-même.

Les deux nouveaux inconnus remarquèrent sa blessure et Noah jeta un coup d’œil à sa propre épaule qui formait en espèce de bosse bizarre sous sa peau.

Ouais… ça va aller ça m’est déjà arrivé.


Sauf que la dernière fois, il avait eu un médecin dans un hôpital pour la lui remettre en place. Enfin plus exactement un médecin et deux infirmiers car à cause de sa masse musculaire, ils avaient pas mal galéré pour la lui remettre en place. Or dans le cas présent, il n’y avait clairement pas d’hôpitaux en vue. En fait, plus le temps passait et plus Noah commençait à s’inquiéter du fait que personne ne soit venu les voir. Le crash avait dû se voir de loin, la fumée que dégageait l’avion n’avait rien de discrète. S’il y avait eu ne serait-ce que un hameau sur cette île, on serait déjà venu les voir non ?

La sensation qu’ils étaient seuls au monde commençait à prendre Noah aux tripes et il tenta de chasser cette idée du mieux qu’il pu. C’est ainsi qu’il vit le manège étrange de la jeune rescapée un peu plus loin.

Non, répondit-il au type plus un peu plus âgé. D’ailleurs, d’un côté il était soulagé qu’il soit parmi eux. Les deux, enfin trois maintenant, autres semblaient encore tellement jeune. Il s'aperçu alors que la fille s’approchait d’eux et son air arrogant prit clairement Noah de court.

Ils venaient de survivre à un crash aérien, ils étaient paumés loin de tout entouré de cadavres et de débris en tout genre ce qui donnait à l’île une allure apocalyptique et alors qu’ils tentaient visiblement tous de garder leur sang-froid, voila que la demoiselle, de son côté, semblait décidée à les prendre de haut.

Cependant, son air hautain disparu très rapidement et Noah songea que la petite princesse venait peut-être de réaliser qu’ils étaient tous dans la même galère et qu’ils pouvaient déjà être heureux d’être encore en vie et en un seul morceau.

Après avoir observé un instant le petit groupe qui l’entourait, Noah finit par prendre une profonde inspiration en désignant d’un geste du menton un point plus éloigné où se trouvait le plus gros de l’avion écrasé.

Il y a peut-être d’autres survivants et certains sont peut-être blessés. On devrait y aller. On ne sait pas quand les secours vont arriver et je vais être franc, le fait qu’il n’y aille pas un seul autochtone qui soit venu voir ce qu’il se passe me laisse présager rien de bon. Cet océan est rempli de petites îles inhabitées et parfois même pas répertoriées…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 14
Date d'inscription : 10/02/2012
Localisation : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Dim 12 Fév - 21:32

« Voulez-vous une boisson ? J'ai du café, du jus d'orange... »
- Non, merci. »

Elle avait répondu dans un murmure pour ne pas réveiller son voisin qui dormait depuis que l'avion avait décollé. Daphné remercia le stewart d'un sourire aimable avant de se replier de nouveau sur elle-même. Elle avait eu la chance d'être installée non loin de la fenêtre mais le paysage ne l'intéressait pas. Tranquillement, l'infirmière sortit son iPod de son sac. Sur les rythmes de Guns 'N Roses, elle se balança d'avant en arrière, son raisonnement prenant peu à peu contrôle de son esprit. Don't you cry tonight Il fallait qu'elle se décide. Elle n'avait que deux choix possibles. Un de ses parents... Toutes ses pensées se tournaient affectueusement vers sa mère qui l'avait élevée pendant tellement d'années. Mais son père... Il n'avait personne, il vivait seul et semblait si triste lorsqu'elle le quittait chaque été. Don't you take it so hard now. Elle posa son choix définitif sur lui. Dès qu'elle rentrerait, elle annoncerait à sa mère qu'elle allait rentrer en France. And please don't take it so bad. « J'espère qu'elle comprendra » songea-t-elle, avec une moue. Le coeur léger, Daphné eut un sourire alors qu'une chanson plus joyeuse se faisait entendre dans ses écouteurs.

~ ~ ~ ~
Elle ouvrit les yeux, en entendant le son d'une guitare au loin. « Thomas ? » Non, ce n'était pas son demi-frère qui grattait son instrument favori. Voyons, Daphné, reprends-toi. Tu étais dans l'avion puis... Puis rien. « L'avion ! Oh mon dieu, l'avion ! » Elle porta sa main à sa bouche, les yeux écarquillés. Elle avait assisté au déchirement de l'avion. Elle devait être morte à l'heure actuelle. Mais elle était vivante... enfin, elle le croyait. La jeune femme réussit à se mettre sur son séant sans grand soucis. L'infirmière attendit que les vertiges disparaissent avant de se mettre totalement debout. Ses mains habiles vérifièrent si elle était blessée. A part une plaie au front platonique et des écorchures sur les bras, le cou et le visage, ainsi qu'une blessure au genou, elle s'en était bien tirée. Daphné essuya le filet de sang qui était parvenu à sa joue.

Son regard détailla les environs. Que des arbres. Que de foutus arbres. Oh, un blessé... Daphné se dirigea vers lui au pas de course, jusqu'à ce que le sang lui batte aux tempes et que ses vertiges reprennent. La victime était face contre terre. Elle le retourna délicatement avant d'étouffer un sanglot en découvrant que son visage avait été tout simplement lacéré. Il était méconnaissable. Daphné prit tout de même le soin de lui fermer les yeux. Les mains pleines de sang, elle se détacha du monde en closant ses paupières. Le son de la guitare avait disparu. Elle en avait peut-être rêvé ? Elle sut une chose en tout cas... Il fallait à tout pris qu'elle retrouve les autres survivants...

Maladroitement, Daphné se dirigea tant bien que mal devant elle. Les branchages épais accidentaient ses mouvements mais elle pouvait apercevoir la plage de sable fin qui se trouvait non loin. Là-bas un affreux spectacle l'accueillit. Un véritable champ de bataille. Des cadavres par dizaine couvraient le sol. Les cris étaient interminables et les hurlements de douleur morale plus que physique torturèrent l'esprit de Daphné, lui donnant un haut-le-coeur.

Elle se laissa tomber sur le sable, ses mains couvrirent son visage. Elle ne connaissait personne. Elle était seule au monde sur une île déserte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar





Messages : 42
Date d'inscription : 13/01/2012
Localisation : South

MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   Lun 12 Mar - 21:30

    "Clay… ? Clay Anderson ?"Oh joie. Noah se souvenait de moi. Je n'arrivais pas à croire que je le reverrais un jour. La dernière fois je devais avoir quoi? Quinze ans? Au même moment ou je partais pour l'Australie en fait. Le moment ou mon père avait décider de tout foutre en l'air. Noah indiqua deux autres personnes venant vers nous. Toutes deux si différentes. Une jeune femme de mon êge peut être accompagné d'un quinquagénaire, surement, plutôt de bon allure et en pleine forme. C'était assez étrange de voir de tel opposés. L'homme me faisait penser à mon père ... c'était vraiment pas le moment d'y penser à celui là. C'était à cause de lui que je me retrouvais ici perdu ou milieu de je ne sais où! Visiblement l'homme remarquait quelque chose. Je tournais la tête pour voir l'endroit qu'il indiquait. Il y avait une jeune fille qui cherchait des vêtements dans sa valise. Je fus étonné de son comportement. Ce n'aurait pas été éxactement la première chose que j'aurais faite. D'ailleurs elle s'approcha. Elle était blonde. J'aimais bien les blondes. En fait je les aimais même plus que bien. Je répondis à son sourire. Elle avait l'air spéciale mais elle était vachement jolie. Ce qui c'était passé? Quel question! Je levais les yeux au ciel.

    "On s'est échoué sur une île! Je ne sais pas si tu te rend bien compte de la situation.'


    Ah les filles. Générale ce genre de fille je ne les appréciaient guère. Restait à savoir combien de temps j'allais tenir pour ne pas me la mettre à dos. Noah sugguèra qu'il y avait peut être d'autres survivants. C'était possible. Je voulais y croire.Son histoire d'îles par répertorié ne me rassurait pas du tout.

    "Génial!Si on arrive à s'en sortir rappelez moi de plus jamais écouter mon père!"

    Que venait-il faire la me direz vous? C'était à cause de lui que j'étais dans cet avion. Pour le voir à Rio ou il c'était soit disant rangé. Tu parles si ça se trouve il faisait dans d'autres trafics. Et pourquoi pas les drogues et tous le reste? Ca ne m'étonenrait pas de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Commencement [Tout le monde]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Commencement [Tout le monde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Michel Magne / Jean Yanne : Tout le monde il est beau...
» Joyeuses fêtes tout le monde !
» Dylanien et forumer: tu es différent, comme tout le monde !
» Interview "Tout le monde en parle" (28.04.13)
» Tout le monde y pense - Cabrel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Raiders ::  :: South Side :: La plage-